TGV et tes j’y vais pas : la 1ere classe et demie

Il n’y aura plus jamais de pilote dans l’avion, Leslie Nielsen est mort. Une raison de plus pour ne plus prendre l’avion.
Là, ça y est, je suis convaincu que mes voyages en train sont fatals aux stars du shovv bisenaisse. Hollywood peut trembler, je prends le lethal Téoz deux fois dans les prochaines semaines. J’ai réservé en 1ère classe. Cela aura peut-être un effet inattendu ?!
Oui, la 2nde classe n’étant pas complètement équipé de prises électriques et de gens calmes et bien élevés, j’ai dû faire violence au porte-monnaie et aux valeurs rurales. J’ai pris une place isolée en 1ère , donc.

Le courant est là. Pas tout le long du voyage, mais il part et revient suffisament (non, non, c’est pas ça le concept du courant ALTERNARTIF)  pour tenir les 2h00 qui sépare le transformateur de départ et le transformateur de destination. Il ne manquera plus que le WiFi, dont l’arrivée est annoncée comme proche par la Société Nationale des Chemins de Fer Français, pour que l’expérience numérique du TGV en 1ère soit complète.

Cela dit, je vais quand même écrire à la boîte à idée de la SNCF pour leur soumettre un projet de création d’une 1ère classe et demi. Celle-ci incluerait le courant et le WiFi bien sûr, mais elle exclurait les emmerdeurs de 1ère ET de 2nde.

Seraient donc exclus d’office :
– le gang des poussettes,
– les brailleurs,
– les sourds qui ne s’entendent pas parler FORT,
– les vieilles qui se croient dans le train bleu,
– les managing quelque chose qui utilisent trop leur BB et les mots finissant par –ing,
– les pauvres sans casque de qualité qui diffuse un son de merde dans le wagon (et qui écoute de la musique de même niveau),
– les possesseurs de repas odorants (sandwiches macérés, maquereaux, jambon transpirant, friture capitaliste, salade pas fraîche, etc.),
– les voyageurs qui croient que la 1ère classe est un signe extérieur de richesse ou un marqueur social,
– les effrayés de l’abandon qui passent un coup de fil à leur contact d’arrivée lors de chaque passage en gare ou ralentissement du train,
– les aigris de la SNCF et de leur agents qui se remplissent de fierté et croient ‘dire tout haut ce que les autres pensent tous bas’ en vidant leur reproches sur les contrôleurs,
– les gens sans réservation qui font jouer tout le wagon à Tetris,
– etc.

Si, si, nous serions quand même nombreux en 1ère classe et demi… moi et mes clônes.

Et pour les parents du bagne wagon Family, notamment ceux qui ont des enfants en âge de comprendre que le père-noël n’existe pas, je pense suggérer également l’organisation d’un voyage pédagogique de la 1ère classe et demi à la 1ère classe sur le thème ‘l’argent : mythes et réalités’.

Y a-t-il un contrôleur des mœurs dans le train ?

9 Comments to “TGV et tes j’y vais pas : la 1ere classe et demie”

  1. Le pire, c’est le thon. Dans la catégorie repas odorants et conviviaux, je parle. Quoique, pas que…

  2. un jour, tu rencontreras la Lapinette dans un train et tu changeras d’avis. Un enfant qui ne crie pas, c’est possible. si, si.

  3. A mon habitude, je m’insurge contre le « Une raison de plus pour ne plus prendre l’avion »…. parce qu’avant qu’ils nous construisent un tunnel sous l’Atlantique où pourrait passer le TG2VQ (Train à Grande Vitesse Vers le Québec), on n’est pas sorti de l’auberge… Tu feras un effet bientôt, oui tu feras un effort.
    De bises enneigées.

  4. C’était juste pour toi cette phrase 😉 t’as pas marché, t’as COURRU

  5. Oui les lapins sont admis 😉

  6. Pour moi le pire c’est le jambon qui a transpiré dans l’aluminium et le pain…

  7. Enormes, le coup de la 1ère classe et demi et de Tetris !

  8. Hahaha j’avoue je me suis bien marré aussi. Ton blog est très simpa!